Une sexualité épanouie après 50 ans

A cinquante ans, la sexualité est épanouie, avec moins de tabous et de contraintes tant chez les femmes que chez les hommes.

Côté femme

Les femmes se sentent souvent plus libres dans leur sexualité à 50 ans qu’à 20 ou 30 ans : moins de contraintes familiales, les enfants ayant quitté le nid, moins de contraintes contraceptives si la ménopause est effective. Elles ont aussi pris du recul sur les diktats de la société du corps « parfait ».

L’activité sexuelle joue aussi un rôle dans l’entrée de la ménopause. Une vaste étude, publiée en janvier dernier [1] dans la revue scientifique Royal Society, a suivi 3000 femmes pendant 10 ans. Les femmes ayant eu des relations au moins une fois par semaine ont eu une ménopause plus tardive par rapport à celles qui avaient des rapports sexuels moins d’une fois par mois.

Quant à la baisse du désir, c’est une idée reçue : elle est très variable d’une femme à l’autre et elle est souvent temporaire. En cas de sécheresse vaginale, il ne faut ne pas hésiter à en parler avec son médecin gynéco ou sa sage-femme lors de son suivi gynécologique. Ils trouveront une solution pour pallier ce désagrément

Côté homme

Les hommes sont moins soumis aux changements hormonaux même s’ils peuvent eux aussi connaître une baisse de désir avec une érection moins rapide : quelques minutes sont nécessaires, au lieu de quelques secondes à 20 ans. 44,8% des hommes de 50 à 59 ans confient avoir eu des problèmes d’érection au cours des 12 derniers mois [2]. Là aussi, pas de constante générale : la bonne santé sexuelle dépend principalement d’une bonne santé psychologique et physique. En effet, de nombreux médicaments altèrent l’érection comme ceux traitant l’insuffisance cardiaque. Il est recommandé d’en parler avec son médecin traitant ou avec un médecin spécialiste sexologue.


[1] Lien de la publication scientifique : https://royalsocietypublishing.org/doi/10.1098/rsos.191020.

[2] Enquête sur la sexualité en France, sous la direction de Nathalie Bajos et Michel Bozon, La Découverte, 2009.


Plus d’articles:

  • Conseils aromathérapie hiver
    Voici une liste de six huiles essentielles (H.E) ou d’essences à avoir chez vous pour résister aux frimas de l’hiver
  • Stop aux virus!
    Alors que les températures élevées tuent les virus, ceux-ci sont tout à fait à l’aise dès l’arrivée des premiers froids et de l’humidité. Ils peuvent ainsi proliférer allégrement. De plus, notre corps se défend moins bien en hiver par manque de soleil, par confinement dans des pièces surchauffées et peu aérées, et, parce que notre muqueuse nasale refroidie et asséchée joue moins bien son rôle de barrière
  • Soyons optimistes!
    L’optimisme influence notre logique rationnelle, nos jugements ou nos comportements. Selon une étude américaine, il jouerait aussi un rôle bénéfique sur notre santé
  • La technique de Heimlich
    Face à un enfant ou à un adulte qui s’étouffe, la technique de Heimlich permet de comprimer l’air dans les poumons afin de provoquer une toux qui expulse l’objet.
  • Diabète: suivre sa glycémie au quotidien
    Comment suivre sa glycémie au quotidien? Le docteur Carine Mamou répond
  • Du sport, oui mais tout doux
    Marche à pied, yoga ou natation, l’activité physique est bénéfique en dehors de toute grossesse à risque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *